News letter décembre 2011 / Janvier 2012

Du 5 Décembre au 15 Décembre 2011 : Traversée de la Martinique à Cuba

Traversée un peu éprouvante, soit par l’absence soit par un trop plein de vent et malgré tout par la longueur et la durée de la traversée : 1300 miles et 10 jours (et nuits) de pleine mer. Nous avons été obligés d’utiliser le moteur à deux reprises, surtout au sud d’Haïti dans le canal Jamaïcain pendant 48h d’affilées, à cause des sommets élevés d’Haïti qui privent de vent le navigateur.

Heureusement une belle daurade coryphène préparés à la Tahitienne a amélioré l’ordinaire (sur trois qui se sont détachées !).

En revanche, les deux derniers jours, un coup de vent de nord de 25/35 Nœuds, avec une mer creusée et des surfs à 8/10 nœuds malgré une voilure réduite au minimum a salué notre arrivée sur Cienfuegos.

15 Décembre 20011 : arrivée à Cienfuegos

Nous pénétrons dans une immense baie avec un large chenal d’accès où l’inscription «BIENVENIDOS CUBA SOCIALISTA» nous accueille. Nous ferons les formalités d’entrée dans la petite marina de Cienfuegos (port d’entrée officiel de Cuba) au fond de la baie.

Après 48H sans dormir, nous redoutons un peu celles-ci décrites comme particulièrement lourdes et fastidieuses. Nous recevons effectivement à bord, l’immigration, le docteur, le représentant du ministère de l’agriculture, la douane, un chien qui renifle chacun de nos coffres à la recherche de drogue et finalement un «costguard» de l’armée. Marie met à profit ses heures d’apprentissage d’espagnol pour les accueillir avec une bière ou un coca. Tout s’enchaine dans la facilité, la bonne humeur et les «bienvenidos» et en moins de deux heures tout est réglé.

La marina est assez sommaire (difficile d’avoir de l’électricité sur le ponton par exemple) mais le personnel est charmant et les toilettes et douches (froides) sont hyper propres. Nous rencontrons les équipages des quelques autres bateaux de passage avec qui nous échangeons «les bons tuyaux».

16 au 20 Décembre : Cienfuegos

Cienfuegos est à 5 mn en taxi ou en bus de la marina. Nous découvrons un joli centre ville bien rénové grâce à l’Unesco, avec une belle place et quelques avenues agréables. Les magasins du centre piétonnier sont plutôt vides avec des rayons entier de pates et de riz qui les meublent. L’internet est seulement disponible dans l’unique bureau des télécoms avec 3 postes antédiluviens (pour une ville de 190 000 Habitants !). Cela, fait bien sur partie du système de «liberté surveillée de l’information».

Le Dimanche après midi, nous parcourons le « malecon » (front de mer). Les cubains déambulent tranquillement en famille ou en amoureux et exhibent leurs fameuses veilles voitures américaines des années 50 : une pontiac rose et dorée au coucher du soleil, ça a de la gueule ! Dans un bar ouvert sur la rue, un orchestre joue et des cubains de 40 à 80 ans dansent la salsa en ayant l’air d’y prendre un plaisir fou. Ce premier contact avec Cuba est un vrai bonheur ! Nous avons rarement rencontré des gens si gentils et agréables.

20 Décembre au 26 décembre : cayo Largo

Navigation au portant de Cienfuegos à Cayo Largo. Ile toute en longueur (40 kms), avec des kilomètres de plage au sable blanc d’une finesse extraordinaire et des eaux turquoise. 5 grands hôtels se partagent l’ile avec une clientèle « package tout compris ». Il y a des vols directs de l’Italie et du Canada ! L’ile est suffisamment grande pour garder son coté sauvage et tranquille. Il y a une petite marina où nous faisons les formalités d’entrée et de sortie (c’est obligatoire pour chaque port). Quelques bateaux de passages se partagent la dizaine de places aux pontons.

27 décembre au 11 janvier : les cayes

Nous naviguons de caye en caye jusqu’à cayo Rosario. Les fonds sont magnifiques et le snorkeling fabuleux. Gérard pêche une langouste et un joli vivaneau qui au barbecue feront notre repas du soir. Un bateau de pêche nous aborde pour nous vendre des langoustes. Nous troquons 6 grosses queues de langoustes pour 2 flasques de rhum et un paquet de café (cela fait à peu près 1 euro la langouste !). Nous décidons de naviguer jusqu’à l’ile de la Juventus mais un gros coup de vent du nord, nous stoppe pendant 4 jours à cayo Campos, avec 35 noeuds de vent au mouillage.

Le bateau de pêche Coco 2

Après cet épisode venteux, nous retournons nous poser à cayo Rosario. Le bateau de pêche, Coco 2, nous aborde pour nous proposer des langoustes. Nous troquons cette fois-ci 8 belles queue de langoustes pour 10 CUC (la monnaie officielle pour les étrangers : soit 8 €). Gérard leur donne également une corde de 30 m et une poulie. Le lendemain matin, ils nous apportent un magnifique poisson (un pagre de 6 kg), 2 plats de langoustes cuisinées et nous invitent à la pêche.

Ce jour là, ils pèchent environ 70 kilos de langoustes et Gérard apprend à attraper à la main les langoustes qui s’échappent du filet. Les pécheurs alternent 10 jours de pêche pour 5 jours de repos. Ils prennent en général 1 tonne par vacation, soit 2 tonnes par mois. La première tonne est considérée comme couvrant les frais du bateau (gasoil, nourriture et entretien du bateau ?). Ils ne sont payés que sur la deuxième tonne l’équivalent de 250 € pour les 6 marins qui composent un équipage alors que la tonne de langoustes est vendue 21.000 € à l’export par l’état cubain ?

Leur rêve est d’émigrer ailleurs (surtout chez les jeunes) car pour eux la révolution ne veut rien dire et ils ont un ras le bol « du Barbu » ? Acheter une voiture au cours de sa vie est du domaine du rêve. Seul la marche à pied, les transports en commun et le vélo sont à leur portée.

Jeudi 12 janvier : retour à cayo Largo

Nous retrouvons la petite marina de cayo Largo où Brigitte (Bernard) doit nous retrouver dimanche. Au programme, nettoyage et surtout réapprovisionnement. Il est très difficile, voire impossible de trouver ; du lait, des yaourts, du pain, des fruits, des légumes verts… On fait donc avec ce que l’on trouve ? Heureusement, MoraMora est bien approvisionné en courses de fonds faites à la Martinique et les langoustes achetées aux pêcheurs sont là pour assurer le plein de protéines !

Du 15 janvier au 24 janvier : cayo Largo-Cienfuegos : séjour de Brigitte

Arrivée de Brigitte, arrosée comme il se doit, par plusieurs Mojitos et queues de langoustes flambées. Inutile de parler des eaux turquoises, du snorkeling, des plongées, du sable blanc… Brigitte choisit de conter 3 soirées.

Soirée du cata « Banana »

Invitation de Robert-Louis et de Anne-Sophie sur leur magnifique cata de 50 pieds. Mojitos, Ti’punch et cigares… Marie fait un malaise vagal ? Gérard, bourré décide de rentrée à la nage et Brigitte le récupère au large malgré son taux d’alcoolémie chargé en mojitos.

Soirée du cata « Marugema »

On remet le couvert le lendemain sur le cata du pompier breton Christian et de Marie-Pierre. Ti’punch (au moins 3 par personnes), anchilada de langoustes cuisiné par Brigitte. Marie roule sous la table, Gérard et Christian tentent de rentrer à la nage jusqu’à Moramora. L’eau est à 5°, Gérard s’enrhume ?

Soirée Cienfuegos en 4 temps

  • 19 h : Mojitos au Palacio de Valle. Gérard et Marie chantent avec l’orchestre.
  • 20 h : on arrive à la casa particular « Bonny & Clide » qui nous propose des langoustes (vous n’avez pas autre chose).
  • 22h30 : spectacle avec « Guy Lux » à la maison de la culture de Cienfuegos qui présente ses poulains chanteurs. Après 2 mojitos on se casse devant les piètres prestations.
  • 24h : entrée en boite au club de Cienfuegos. Brigitte se lève un chico et nous fait un numéro de salsa très suggestif. Marie se fait également brancher par un chico qui a les yeux au niveau de sa poitrine. Gérard rejoint la piste dans un déhanchement (merci les cours de salsa) qui attire une superbe fille. Elle se love lascivement autour de son bassin. Gérard passe à l’attaque dans son plus bel espagnol « ma bella mujer, como te llama » – « me llamo Enrique » C’est un travelo ? Dégouté, il rentre se coucher au bateau.
  • Nous partons le lendemain rejoindre les Carrere à la Havane pour un trek de 10 jours… suite à la prochaine new letter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>